Les réserves à propos du Turkish Stream ne sont pas seulement gazières

5561198414_08ac90b6b4_z

Le gazoduc initié par le géant russe Gazprom verra-t-il le jour ? Cette question, beaucoup de spécialistes des questions énergétiques se la posent. Et pour cause : les retards s’accumulent, la tracé est encore imprécis et surtout, la Commission européenne, qui avait déjà barré la route au précédent projet de la firme d’Alexei Miller, veille au grain.

Dans les projections russes, cette nouvelle autoroute du gaz doit serpenter de la Turquie à l’Autriche, en passant par la Grèce, la Macédoine, la Serbie, la Hongrie et la Slovénie.

Mais l’existence même de Turkish Stream sur le papier a un impact réel. Dans le bras de fer que se livrent Bruxelles et Moscou autour de la crise – politique mais aussi gazière – ukrainienne, le gazoduc fait figure d’épouvantail. (Photo : JanChr / CC)

Mon article sur RFI

«Turkish Stream»: la nouvelle bataille du gaz aura-t-elle lieu?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :