Kosovo : dur dur de se trouver une armée

Des éléments des Forces de sécurité du Kosovo en 2011 à Pristina. (3.0 CC, Wikimedia)

Dissolution, élections. La décision est tombée mercredi 7 mai au Parlement kosovar. Les députés ont en effet voté en faveur de la dissolution de leur assemblée, appelant de fait à un nouveau scrutin législatif, scrutin qui devrait se tenir le 8 juin prochain.

La raison invoquée pour un tel coup de balai sur la scène politique ? L’échec du gouvernement Thaçi à faire approuver un projet de réforme des Forces de sécurité du Kosovo (créées en 2008) afin d’organiser, en lieu et place, une véritable armée kosovare, forte de 5000 hommes (et de 3000 réservistes). Ce qui doublerait le nombre d’hommes actuellement en service.

Refus des Serbes

Les parlementaires serbes n’en veulent pas, et lui préfèrent la poursuite des opérations de sécurisation de l’Otan. Un moindre mal. Or une telle réforme du système de défense du Kosovo nécessite l’accord des deux tiers de l’Assemblée, et d’une part similaire chez les élus des minorités.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :