De l’utilité du Mouvement des Non-Alignés pour la Serbie

Non-aligned Mouvement

Il y a quelques mois, dans un article publié dans le Monde diplomatique portant sur les succès et les faiblesses de la diplomatie serbe, Jean-Arnault Dérens évoquait cet héritage de la Yougoslavie titiste qu’est le rapport de Belgrade au Mouvement des Non-Alignés. La Fédération du Maréchal était alors l’une des entités fondatrices de l’organisation, disposant d’une aura à l’international qu’aucun des pays issus de son éclatement ne peut revendiquer aujourd’hui.

La Serbie ne compte pas parmi les 118 membres du MNA, et ne souhaite pas en faire partie à nouveau. La marche vers l’UE l’impose. Néanmoins, Belgrade entend bien ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Avec un simple statut d’observateur, elle se démène ainsi, depuis deux ans, pour organiser le prochain congrès des non-alignés à domicile, 50 ans après le tout premier, également sur son sol. Car le jeu en vaut peut-être la chandelle. Disposer d’une oreille attentive dans ce cénacle peut avoir des retombées non négligeables sur le plan économique et sur celui de la politique extérieure.

Certes, le Mouvement des Non-Alignés n’est plus ce qu’il était. Les pays en développement n’ont plus comme priorité d’entretenir cet entre-soi inconfortable. Il s’agit plutôt d’un bon vieux réseau, à l’image de celui sur lequel on peut compter à la sortie d’une grande école. Vieilles amitiés, et « renvois d’ascenseur » garantis dans les grandes instances onusiennes, à l’image du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies, au sein duquel le Mouvement pèse de tout son poids. Obtenir un consensus sur une résolution, l’appui de certains pays à une action militaire, ou la condamnation d’autres est affaire de bons contacts.

La Serbie, principale héritière de la diplomatie yougoslave,  en a bien conscience. Et en attendant de pouvoir intégrer la grande famille européenne, elle multiplie les accords commerciaux avec ses anciens partenaires. Sur le plan économique, c’est une aubaine. Rien d’incompatible avec les standards de l’UE, bien qu’au moment de l’entrée effective, de nombreux contrats seront remis en cause. Le Mouvement compte en son sein certains des marchés les plus dynamiques au monde, et le souvenir du savoir-faire yougoslave y est encore bien ancré.

Mais c’est surtout sur le plan politique que Belgrade attendait des retombées significatives. Car dans le combat pour la « non-reconnaissance » du Kosovo, le gouvernement serbe a subi un rude coup, l’année dernière, lorsque la Cour Internationale de Justice a reconnu la « légalité » de la proclamation unilatérale d’indépendance de l’ancienne province serbe. On attendait dès lors une avalanche de reconnaissances. Il n’en fut rien. Une demi-douzaine, tout au plus.

Seulement 27 pays sur les 118 qui composent le Mouvement des Non-Alignés reconnaissent le Kosovo comme un Etat souverain. Et les 2/3 de ces 27 sont aussi membres de l’Organisation de la Conférence Islamique, organisation que l’on dit plus favorable à Pristina, en raison notamment du lien confessionnel qui les rapproche (85%-90% des Kosovars sont musulmans). « Le soutien des pays membres du MNA est important pour la lutte diplomatique en faveur du Kosovo-Metohija » rappelait ainsi le président serbe Boris Tadic, en juillet 2009. Belgrade, qui s’est déjà félicitée du fait que sa propre reconnaissance du Kosovo ne soit pas un préalable à son entrée dans l’UE (un succès de sa diplomatie selon elle), arrive à maintenir un certain statu quo international sur la question grâce aux non-alignés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :