La Croatie, eurosceptique?

Jadranska Kosor

Depuis plusieurs semaines, les grandes villes croates vivent au rythme des manifestations réclamant la tête du gouvernement. A Zagreb, la contestation connaît d’ailleurs un relatif succès. Certains soirs, on compte plus d’une dizaine de milliers de personnes battant le pavé aux cris de « Kosor, démission ». Mais cette foule n’a rien d’homogène, et rassemble moins les partisans d’une idéologie  affirmée et revendiquée que tous les « déçus » de la politique actuelle.

Fin février, c’étaient les vétérans de la guerre serbo-croate qui donnaient de la voix, voyant dans l’arrestation de l’un des leurs, Tihomir Purda, en Bosnie, le signe d’un nationalisme croate fléchissant. Plus récemment, les rues de la capitale ont vu affluer une jeunesse contestataire, las d’un chômage galopant qui avoisine désormais les 20% de la populations active (19,6% pour être précis). Ce qu’il y a de commun à ces deux éruptions de colère est la remise en cause de l’Europe. D’un côté, celle-ci est perçue comme la cause d’un trop rapide rapprochement avec le voisin serbe, reléguant la guerre et ses blessures aux oubliettes de l’Histoire. De l’autre, l’Union européenne est le bourreau de l’économie croate, qui pour permettre au pays d’adhérer à ses institutions, lui fait passer une batterie de » mesures capitalistes » le saignant à blanc.

Alors assiste-t-on à une poussée de l’euroscepticisme en Croatie? Il faut bien avouer que l’on annonce le pays « aux portes de l’UE » depuis de nombreuses années, sans que celles-ci ne s’ouvrent réellement. Le processus d’adhésion est enclenché depuis 2004, date à laquelle Bruxelles a accepté la candidature croate. Hormis la Slovénie, qui a toujours eu un temps d’avance en ce qui concerne les rapports avec l’Europe occidentale, la Croatie s’enorgueillissait d’être le « bon élève » des Balkans aux débuts des années 2000. Puis la Roumanie, en dépit de gros problèmes de corruption, lui a ravi cette place en compagnie de la Bulgarie, en adhérant dès 2007. Le général Ante Gotovina déféré devant le TPIY, Zagreb a pourtant dû prendre son mal en patience, à cause notamment du véto slovène concernant un différend sur l’accès aux eaux internationales dans le golf du Piran à partir de 2008. Depuis, on annonce une adhésion en 2012, ou dans le pire des cas, en 2013.

Réunion Croatie-UE (photo : EP, CC)

L’entrée dans l’Union européenne demande effectivement des sacrifices économiques. Il faut bien se conformer aux standards de Bruxelles. Et pour le moment, les Croates ne voient, justement, que ces sacrifices.Cette lassitude n’est pas sans inquiéter les responsables politiques du pays. Tenaillés entre les exigences de l’UE et le mécontentement de la population, ils tentent, tant bien que mal, de tenir de chaque côté. En avril 2010, un sondage leur faisait d’ailleurs froid dans le dos : si un referendum avait lieu à ce moment concernant l’entrée effective dans l’Union européenne, seuls 53% des Croates donneraient leur accord contre 40% de refus. Si selon les estimations de l’automne dernier, cet écart s’est accru (relativisant, de fait, cet euroscepticisme), les dernières manifestations démontrent que la défiance est toujours de mise.

Pour le gouvernement, il s’agit de repousser le plus loin possible la perspective d’une élection parlementaire anticipée. « Si les élections étaient convoquées maintenant, comme certains le demandent, il n’y aurait pas de chance de boucler les négociations avec l’UE » avertissait il y a peu, la première ministre, Jadranska Kosor. Mettant à mal ce qui pourrait être l’une des seules grandes réussites de son gouvernement.

Bookmark and Share

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :